• Lac Noir (2450m, Plateau d'Emparis) depuis Besse

    30 photos

    [Retour galerie Grandes Rousses]


    Dénivelé : ~900 m.
    Voilà déjà plusieurs semaines que cette destination me tente. Direction le massif de l'Oisans, en ce week-end de beau temps. Départ depuis la charmante commune de Besse, village typique de montagne. Il est 14h et le soleil cogne fort. L'ascension se fait assez lentement, la faute au poids transporté, le D700 et le sigma 24-70 mm, fraichement acquis, n'aidant rien à la situation. Le ciel est chargé lui aussi, mais rien de bien inquiétant. Deux heures plus tard, me voici au Col Saint-Georges, synonyme d'arrivée sur le plateau. Après une agréable traversée, un dernier coup de rein pour atteindre le lac noir, dont la beauté récompense les efforts fournis. Ce balcon face aux Ecrins offre une vue privilégiée sur les célèbres sommets du Parc National : Pic de la Grave, Rateau et l'inévitable Meije. Ces cimes, accrochées par les nuages, se dévoilent au fur et à mesure que le coucher de soleil approche. Sur le coup des 21h, le rideau se lève pour le spectacle des couleurs chaudes. Chaudes sont les couleurs, mais froide est l'atmosphère une fois la nuit tombée ; deux réveils nocturnes pour immortaliser la pleine Lune qui, hélas, a eu la mauvaise idée de se placer juste au-dessus des Ecrins, du coup, pas facile de composer...
    Rebelote, le matin, aux aurores, me voilà posté, guêtant les cimes se parer de leur éphémère robe rougeoyante, une nouvelle fois un spectacle enivrant.
    Retour à la voiture, point d'orgue d'une virée très éprouvante, mais compensée par la beauté des paysages...
    26-27/06/2010

  • Lac des Quirlies (2566 m)

    28 photos

    [Retour galerie Grandes Rousses]


    Dénivelé : ~950 m.
    En ce mercredi 14 juillet, l'atmosphère devient de plus en plus lourde dans la vallée grenobloise. Il est donc temps d'aller chercher l'air frais en altitude. Direction une nouvelle fois le massif des Grandes Rousses, non loin du plateau d'Emparis arpenté il y a une vingtaine de jours. Arrêt au lieu-dit du Perron, peu après le village de Clavans. Le soleil cogne encore fort à 16h, et le panneau annonce 4h de marche pour atteindre l'objectif du jour : le lac des Quirlies.
    La fonte des neiges et glaciers bat son plein, les torrents distillent une eau à la couleur si caractéristique ; au détour d'un accident topographique, les cascades jaillissent et viennent sublimer les paysages.
    Les premiers kilomètres demeurent faciles, on remonte peu à peu la vallée du Ferrand, le long du torrent éponyme. Une fois arrivé au chalet des Quirlies (2022 m), il en est autrement, ce sont 500 mètres à remonter sur une pente assez raide, accentuée par la dizaine de kilos sur le dos. Néanmoins, Dame Montagne m'offre un joli spectacle : plusieurs vautours fauves planant au-dessus de ma tête ; un animal impressionnant avec ses quelque 2,50 m d'envergure !
    Un dernier coup de rein, me voici au fameux lac, formé il y a quelques décennies suite au retrait glaciaire. Il y règne un paysage de haute montagne, très minéral, sans végétation (ou peu). Du coup la tente est plantée dans 3 m² de sable forts opportuns. Comme prévu, pas de coucher de soleil étant donnés les orages sur l'Ouest de Rhône-Alpes. Le ciel nocturne est cependant dégagé, plongé dans une profonde obscurité, sans Lune, de quoi faire quelques poses longues et autre voie lactée.
    Après cette courte nuit, me voici au poste dès 5 heures pour immortaliser cette précieuse luminosité matinale. Le lac des Quirlies offre une symphonie de couleurs, qui ne cessent de changer les minutes s'égrenant. Un savoureux moment, comme toujours.
    2h30 de descente parachèvent cette magnifique sortie. Les souvenirs s'accumulent...!
    14-15/07/2010

  • Lac Guichard (2040 m)

    21 photos

    [Retour galerie Grandes Rousses]


    Toujours en convalescence, j'essaie malgré tout de profiter de la montagne sans avoir à effectuer trop de dénivelé. Le Lac Guichard (2040m) s'accorde totalement dans cette quête. Accessible à moins de 10 minutes de marche du col routier de la Croix de Fer, il n'en demeure pas moins très prisé par les photographes de montagne pour son panorama somptueux sur les célèbres Aiguilles d'Arves. Inutile d'en écrire des tartines, les images parlent d'elles-mêmes.
    Magique.
    11-12/09/2010

  • Lac du Goléon et les crêtes de la Roche de Casse (2750 m)

    26 photos

    [Retour galerie Grandes Rousses]


    Dénivelé : ~ 900 m.
    Changement radical de temps par rapport à la semaine dernière, où la canicule pointe le bout de son nez sur l'hexagone. Rien de tel que d'aller chercher la relative douceur en altitude. Direction la vallée de la haute Romanche, au-dessus de la Grave, avec pour objectif le lac du Goléon. En ce samedi après-midi, le soleil cogne fort au hameau de Pramailler. Le Lac, que l'on suggère au détour du col, semble être tout proche, pourtant, il faut bien gravir près de 550 m plutôt raides, chose rendue plus difficile avec les 15 kgs sur le dos. Qu'importe, en 1h30 me voici au lac. Après une petite halte, je reprends les batons pour du hors sentier en direction du Cruq des Aiguilles. Peu avant ce col, j'y trouve un parfait endroit pour planter la tente, au pied de la Roche de Casse, avec une vue inhabituelle sur les aiguilles d'Arves. En soirée, pour admirer les couleurs crépusculaires sur les glaciers des Ecrins, je gravis le versant rocailleux qui me fait face. Au sommet, la vue vaut le détour. C'est sans doute aussi pour cela que cette crête est très fréquentée par les chamois, en témoignent les nombreuses crottes ! D'ailleurs, peu avant de redescendre, un chamois exprime son mécontentement de me voir occuper son territoire. Message compris, retour à la tente. Preuve des conditions anticycloniques, la nuit est d'une grande pureté, me laissant vaquer à quelques compositions astrales...
    Une belle sortie dans un cadre superbe...
    25-26/06/2011

  • Lac Guichard (2040 m)

    13 photos

    [Retour galerie Grandes Rousses]


    Le lac Guichard est l'un des spots favoris des photographes de montagne, du fait de son accessibilité aisée (10 minutes de marche depuis le col de la Croix de Fer) et de son panorama imprenable sur les Aiguilles d'Arves. Pour la seconde fois je me rends sur place pour essayer de capter le site sous ses plus belles ambiances...
    15-16/06/2012

  • Lac noir (2450 m)

    12 photos

    [Retour galerie Grandes Rousses]


    Dénivelé : ~250 m.
    Il règne en cette fin de semaine une chaleur étouffante dans le secteur grenoblois. La fuite vers les sommets alpins constitue une alternative fort appréciable. C'est ainsi que je prends la direction du plateau d'Emparis. Après avoir tergiversé suite à la "route barrée" depuis Besse, m'obligeant à prendre la piste d'alpage depuis Mizoën, j'arrive enfin au départ du sentier aux environs de 19h. Après 1h de marche, me voici au lac noir. Du fait de cette longue période de beau temps, couplé à une grosse chaleur, la visibilité et la lumière sont des plus médiocres, tant est si bien qu'il aura fallu faire une croix sur le coucher de soleil...Ajoutez à cela un fort vent et vous avez tous les ingrédients pour une sortie frustrante. Cela ne m'a malgré tout pas empêché de profiter de l'épisode nocturne, entre les nombreuses bourrasques...
    Dès l'aube, rebelote, la lumière est tamisée...
    Bref, une virée qui n'aura pas tenu toutes ses promesses...
    29-30/06/2012

  • Lac du Pontet (1982 m)

    23 photos

    [Retour galerie Grandes Rousses]


    Dénivelé : ~100 m
    En cette mi-octobre, les saisons semblent se disputer le pouvoir. Une vague temporaire de froid a traversé la France, abaissant sérieusement la limite pluie-neige vers 1500 m. Il fallait être confiant dans les prévisions météo ce lundi pour effectuer un bivouac en altitude. Direction la haute vallée de la Romanche, à Villar d'Arêne, au lac du Pontet (1982 m). Celui-ci à l'avantage d'être facilement accessible, à peine un quart d'heure de marche. Les lieux ont été recouverts d'un léger drap blanc, leur donnant une connotation hivernale. Rapidement les nuages se sont dissipés, offrant une grande limpidité aux paysages et permettant un spectacle crépusculaire de haute volée, grâce à une lumière parfaite. La contrepartie à ce ciel clair fut le froid mordant qui s'installa durant la nuit, entre -5 et -10°C. Cela ne m'empêcha toutefois pas de m'adonner à quelques poses nocturnes, le versant de la Meije étant illuminé par la pollution lumineuse du fond de vallée et dominé par la Voie Lactée...
    L'aube ne fut par en reste. Malgré les pieds engourdis, je ne pus m'empêcher d'immortaliser les couleurs rougeoyantes sur les cimes des Écrins puis, en redescendant, faire quelques variations autour de quelques vaches...
    15-16/10/2012

  • Plateau d'Emparis (Ruines de la Loge - 2200 m)

    9 photos

    [Retour galerie Grandes Rousses]


    Dénivelé : environ 500 m.
    Après plusieurs mois d'hibernation, c'est en cette mi-avril que je décide de sortir de ma tanière. Pour inaugurer cette première sortie de l'année, je m'en vais du côté des Grandes Rousses, en compagnie de Daniel. L'objectif du jour est d'atteindre si possible le Lac Noir, sur le plateau d'Emparis. Les automatismes sont encore mal rôdés, pour preuve, j'ai oublié le plateau de mon trépied, il va falloir jouer les Mac Gyver de la photo avec un bout de tendeur pour les poses longues. Pour gravir le relief, nous partons du côté du Chazelet, assez tardivement dans l'après-midi. La course ne laisse guère de temps pour la mise en jambes, la pente est raide dès le début. Les 400 premiers mètres de dénivelé s'effectuent sur sentier dégagé, mais dès 2000m apparaît la neige, nous obligeant à chausser les raquettes La progression est finalement plus longue que prévue, aussi sommes-nous contraints de planter la tente dans la combe du Rif de Galan, au niveau des ruines de la Loge (2200 m), avant que la nuit ne tombe. Miraculeusement, environ 6 m² de terres sont déneigés, nous permettant d'être sur du sec pour cette nuit.
    L'atmosphère est assez chargée, ce qui nous prive des belles couleurs du coucher. A la nuit tombée, je profite de la pleine Lune pour réaliser quelques poses longues sur le paysage, l'appareil fixé tant bien que mal sur le trépied. Les nuages défilent à toute allure, créant un certain dynamisme sur les clichés nocturnes.
    Vers 6h du matin, nous émergeons de notre sommeil et connaissons une nouvelle frustration quand nous nous apercevons que le ciel est une nouvelle fois bouché. Privés de belles lumières, encore. Mais la nature nous a offert un lot de consolation : une superbe écharpe de brume venant envelopper la Meije et les sommets des Ecrins. Ouf, la sortie est sauvée !
    12-13/04/2014

  • Basse du Gerbier (2578 m)

    18 photos

    [Retour galerie Grandes Rousses]



    Réveillon du jour de l'an en solo tout là-haut...
    31/12/2016-1/1/2017

  • Lac Guichard (2040 m)

    10 photos

    [Retour galerie Grandes Rousses]


    Il y a des jours où tout se passe comme prévu, et des jours pas. Ce samedi, la malchance s’est invitée à la partie. J’avais initialement pour ambition d’atteindre la crête au-dessus du chalet Chanin, à Saint-Jean d’Arves, au terme d’une assez longue course (plus de 1000 m de dénivelé). En milieu d’après-midi, j’attaque l’ascension, en sachant pertinemment que la météo annonce des orages dans les Alpes. Je ne pensais cependant pas qu’ils arriveraient si tôt. Vers 16h30-17h, alors que je ne suis qu’au tiers de mon parcours, le ciel gronde, de plus en plus. Je me trouve un abri en attendant que cela passe, tandis que des sacs d’eau tombent. Une heure plus tard, le bleu refait son apparition au-dessus de ma tête. Je poursuis alors ce sentier non balisé, jusqu’à ce que celui-ci traverse un vallon. Sauf que dans ledit vallon coule un torrent, qui a énormément gonflé à cause de l’orage. Je suis obligé de me rendre à l’évidence, je ne pourrai pas aller plus loin.
    Vers 18 heures je rebrousse alors chemin, direction la voiture, avec mise en application du plan de secours : le tout proche lac Guichard au Col de la Croix de Fer, célèbre pour sa facilité d’accès et son beau panorama. Je m’y suis d’ailleurs rendu deux fois, en 2010 et 2012. Vers 20 heures m’y voilà, et je ne suis pas au bout de mes surprises… Je savais que le lac est situé dans le domaine skiable des Sybelles, et lorsque l’on regarde à gauche ou à droite, les remontées mécaniques qui se détachent des lignes de crêtes sont légions. Par contre, la nouveauté, c’est cet infâme bloc gris tape-à-l’œil surmonté d’une grande antenne qu’ils sont venus poser, sans complexe, au-dessus du lac, massacrant un peu plus le décor. Et je ne parle pas du revers de la médaille de la facilité d’accès du site, avec tous ces détritus organiques et inorganiques au bord du lac. Bref, passons.
    Alors que le jour tire sa révérence, la nébulosité dans le ciel est toujours intense, me permettant de faire quelques beaux reflets bourgeonnants dans le lac. Alors que je me glisse progressivement dans ma tente à la tombée de la nuit, je perçois quelques éclairs de lumière à travers la toile, il s’agit d’un orage au nord de la Savoie…trop loin pour moi. Je retourne me coucher. Contrairement au week-end dernier, il n’y a pas de vent et la température est clémente (2°C). Je m’extirpe de mon duvet au milieu de la nuit faire quelques poses nocturnes peu convaincantes (le ciel ne jouissait pas d’une grande limpidité, sans parler de la pollution lumineuse de Saint-Sorlin d’Arves) juste en dessous. Vers 5 heures, rebelote pour capter les couleurs de l’aube. Si les toutes premières teintes étaient intéressantes (rougeoiement des cirrus d’altitude), ces mêmes cirrus ont terni le lever de soleil, qui s’est avéré bien palot au final. Je revais dormir jusqu’à 9 heures, puis retour au bercail. On se rassurera en se disant que la sortie aurait pu être pire…
    27-28/05/2017