[Retour galerie Bauges]


Dénivelé : 350 m.
Les problèmes de hanches persistent. Pour éviter de trop tirer dessus tout en pouvant profiter de la montagne, je choisis d'opter pour une rando sans trop de dénivelé. L'objectif du jour est la Sambuy, dans le massif des Bauges. La remontée mécanique de la station de Seythenex-la-Sambuy permet de s'affranchir de 700 mètres de grimpette. Ne reste alors que les derniers 350 mètres à gravir.
En ce samedi 28 août, la météo demeure capricieuse. Après un suivi des derniers bulletins, je décide tout de même de partir. Arrivé in extremis avant la fermeture de la remontée, celle-ci m'emmène à environ 1850 mètres. Le climat est guère réjouissant : un brouillard total accroche les cimes. Quelques minutes plus tard, me voici au col entre les deux Sambuy, qui sera mon lieu de bivouac pour la nuit. A peine 18h et déjà un froid glacial envahit le secteur. Espérant profiter du coucher de soleil, la brume en décida autrement. Il fallut attendre aux alentours de minuit pour retrouver une certaine clarté vers le ciel, l'occasion de faire quelques poses longues, toujours dans un froid pinçant.
Réveil à 6h pour atteindre le sommet. Cette dernière partie tranche singulièrement avec la veille : versant beaucoup plus raide, mais tout aussi patiné et glissant. Les ultimes mètres s'apparentent même à une via ferrata : marches, poignées et cordes. Mais au sommet, le paysage valait bien cette légère prise de risque, avec vue sur les plus beaux sommets baujus (Arcalod, Trélod, Pécloz...) et l'inévitable Mont Blanc. Comme à l'accoutumée, la lumière matinale inonda les montagnes de sa douce ivresse...
Retour vers la remontée mécanique, en ayant pris soin d'enlever tout le givre sur la tente, conclusion d'une brève sortie en terres des Bauges, plutôt contrastée...
28-29/08/2010