[Retour galerie Cerces]


Dénivelé : ~450 m.
Il faut savoir parfois prendre des risques. Souhaitant absolument faire un bivouac ce week-end, c'est presque en permanence que je surveillais les bulletins météo pour ce samedi/dimanche. En vallée grenobloise, rien de bien réjouissant vu les trombes d'eau qui s'abattent ici. Pourtant les prévisionnistes s'accordent à dire que la tendance va évoluer vers le positif. Il ne m'en faut guère plus pour faire le sac direction le célèbre col du Galibier, puis redescente en direction de Valloire pour s'arrêter au Plan Lachat (1962 m), départ du sentier vers l'objectif du jour : le lac des Cerces (2410 m). En altitude, il semble y avoir beaucoup plu, l'humidité se manifeste par ces nombreux bancs de brouillard accrochant les cimes. La température n'est vraiment pas élevée, il faut s'en remettre aux apparitions du soleil pour se réchauffer. Celui-ci, d'ailleurs, timide au début, devient franc sur toute la seconde moitié du parcours. Arrivé au but de la course, le revoilà masqué par les nuages stagnant aux environs des aiguilles d'Arves. Pire encore, voici qu'un banc de brume remonte au galop la vallée en direction du lac. Voici le parfait exemple du climat montagnard, en quelques minutes, on passe d'un soleil éclatant à un brouillard à couper au couteau ! Malgré les espoirs, celui-ci restera jusqu'à la tombée de la nuit, me privant des couleurs crépusculaires.
Calfeutré dans ma tente, je scrute régulièrement l'évolution de la météo. Finalement, une fenêtre me permet d'effectuer quelques poses nocturnes aux alentours de 23h30. Mais hélas bien éphémère, malgré la pénombre, je distingue un nouveau tsunami atmosphérique s'approchant. Et cette fois-ci ça ne plaisante pas, il restera ici jusqu'au lendemain matin, déposant au passage un givre agréable à photographier mais glacial à ressentir.
Une sortie résolument placée sous le signe de la brume, qui m'aura privé de bon nombre d'exercices photographiques. Telle est la loi de la montagne...
Par contre, l'énigme de l'année restera pour moi la suivante : qui a bien pu voler mon paquet de cookies précieusement rationné le soir pour le lendemain matin ?...
18-19/06/2011