Jeudi 15 novembre 2012 La fin du voyage approche au fur et à mesure que nous avançons dans les Lofoten...Aujourd'hui, nous nous rendons au bout des îles. Le climat est similaire à celui de la veille : humide, alternant entre ondées et éclaircies. Une nouvelle fois il va falloir coopérer avec les volontés de Dame Météo. La température est toutefois correcte : environ 4°C. Après avoir immortalisé la plage de Ramberg, à seulement 50 m de notre hébergement, nous prenons la route pour quelques arrêts du coté de Krystad, puis remontons en direction Yttersand. Nous décidons de profiter des lieux en se promenant le long de la mer. La vue sur le relief dominant Ramberg est magnifique. Les rideaux de pluie vont et viennent, offrant une ambiance particulière. Rattrapés par la pluie, nous reprenons la route vers Sund, puis un spot peu avant Reine. La météo est très instable, malgré tout, la lumière fait quelques offensives dans les nuages, donnant d'agréables et éphémères teintes au ciel. Il est à peine 12h30 que nous voilà à notre pied-à-terre du jour : l'Eliassen Rorbuer, à Reine. A la réception, la personne nous informe qu'une panne d'eau généralisée empêche notre nuitée. Pour trouver une solution de repli, elle nous renvoie vers le Sakrisøy Rorbuer, 1 km plus loin. L'avantage de voyager hors saison, c'est d'être les seuls touristes dans le coin et donc d'avoir tout un parc d'hébergement pour nous. La personne nous accueille chaleureusement et nous présente notre logement : une cabane de pêcheur restaurée, très spacieuse et rustique, à moitié sur pilotis, le grand luxe ! afin de ne pas être lésés, le gérant nous fait même payer que 990 NOK (prix qu'on aurait réglé à l'Eliassen Rorbuer), alors qu'en temps normal, la nuit en vaut le double ! Il est seulement 14h et nous avons déjà bouclé le programme de la journée. Nous décidons, pour l'histoire, d'aller au bout de la route des Lofoten, à "Å". Celle-ci se conclut par un immense parking créé spécialement pour les touristes (avec un tunnel dédié). Vu sa taille, on imagine le nombre de personnes en été. Aujourd'hui, nous sommes absolument seuls. Un sentier de quelques centaines de mètres nous amène sur la côte. Sacré instinct d'être venu ici, l'ambiance y est totalement SURRÉALISTE ! on se situe entre la fin du jour et la nuit, une lueur encore tenace vers le Sud-Est, un vent très fort, la pluie qui menace et les derniers reliefs qui viennent mourir dans la mer. On se croirait dans une scène pré-apocalyptique, fantômatique, j'ai rarement vu une atmosphère aussi forte et excitante. L'exercice photographique est ardu en raison des conditions climatiques, j'ose espérer avoir rendu un aperçu de cette ambiance... Question aurores, ça ne sera pas pour ce soir non plus, étant donné le caractère tempétueux à l'extérieur...