[Retour galerie Aiguilles Rouges]


Dénivelé : ~400m
Pour continuer le début de saison estivale, l'envie me guide vers les environs de Chamonix, du coté du lac des Chéserys. Pour une fois, c'est une sortie entre photographes qui se profile, avec Daniel Paravisini, confrère du Sud. En effet, après plusieurs échanges sur le net, nous concrétisons notre première virée commune. Il est 16h quand nous arrivons dans la cité du Mont-Blanc, avec l'idée d'emprunter le téléphérique de Flégère puis le télésiège de l'Index. Mais randonneurs comme hôtesse de caisse nous conseillent de s'arrêter à Flégère, la neige est encore abondante à 2400 m. Mieux encore, on nous annonce que le lac des Chéserys n'a toujours pas fini de dégeler ! (oui oui, nous sommes à la mi-juillet !). Nous remettons la solution de facilité pour une autre fois, ce ne sont pas les 400m de dénivelé restants qui vont nous faire peur ! l'ascension est très agréable, dans l'ivresse de la montagne et les paysages à couper le souffle du massif du Mont-Blanc. Après 2h de marche, voici notre objectif atteint. Visiblement, nous n'avons pas été les seuls à avoir eu la même idée, déjà une quinzaine de personnes ont établi leur camp dans le secteur, presque tous des photographes (il faut dire que c'est LE spot incontournable dans les Alpes). Nous trouvons tant bien que mal un coin pour poser nos tentes, avec comme contrainte principale de pas se mettre "dans le cadrage", entre lac et toit de l'Europe. D'ailleurs, alors que nous étudions les potentialités photographiques autour du lac, voilà qu'arrivent des touristes qui commencent à installer leur campement dans la "zone interdite". Pas d'autre choix que leur signifier notre agacement. Finalement, ils s'en iront ailleurs !
Le crépuscule approche, nous sommes une dizaine au bord du lac, munis de nos appareils, prêts à saisir les précieux instants. Nous échangeons entre nous et, dans la discussion, il s'avère que je m'adresse à Mario Colonel, LE célèbre photographe de la vallée de Chamonix, que j'envie à chaque fois que j'admire ses clichés au Vieux Campeur de Grenoble ! une personne fort sympathique.
Les couleurs du couchant sont magnifiques. Mais pour ma part, la soirée ne fait que commencer. Outre le panorama, ce sont les étoiles qui m'ont motivées à me rendre ici, avec comme ambition d'immortaliser la voûte céleste sous le toit de l'Europe. Shootant jusqu'aux environs d'1h, la quête semble atteinte.
Après un sommeil lapidaire, réveil vers 5h pour aller chercher les délicates teintes rosées sur les neiges éternelles, encore un beau spectacle pour les yeux.
Pour finir l'exercice photographique en beauté, nous nous serons amusés avec un curieux bouquetin près de notre bivouac, sous la douce lumière matinale, épilogue d'une sortie magnifique avec d'excellentes conditions, malgré la neige usée sur le lac !
6-7/07/2013