[Retour galerie Belledonne]



Jour de Solstice…
Il règne en cette mi-juin une chaleur caniculaire dans nos contrées. Comme à mon habitude, je m’en vais célébrer le Solstice d’été en altitude, idéal pour aller chercher un peu de fraîcheur. Direction le proche massif de Belledonne, que je connais encore trop peu, avec pour objectif le Lac Blanc. Presque 1000 mètres de dénivelé m’attendent, ambitieux programme étant donné le contexte. Je prends donc la voiture pour me positionner au lieudit de la Souille, à 1365 m, sur une piste carrossable.
Le début de la rando commence par une longue traversée en sous-bois, faite de montées et de descentes, pour rejoindre le ravin des Excellences (1678 m). Malgré l’ombre et l’altitude, la marche est très éprouvante, ce sont des torrents de sueur qui s’évacuent de mon corps.
Ensuite, c’est environ 500 mètres de grimpette raide qui s’annoncent. Le ciel s’est partiellement couvert, je crains que les orages soient de la partie, d’autant plus que sur les radars, ça pète dans les Alpes du Sud, avec une tendance à remonter en Isère.
Finalement, après environ 3h30 de marche, me voici au Lac Blanc, presque totalement décongelé de sa période hivernale. Les nuages menaçants s’en sont allés, je m’en vais prospecter au fond de la vallée, où je pose ma tente. Après avoir mangé, je rebrousse en direction de l’exutoire du lac, à la recherche de bons coins pour la photo. J’y repère un endroit bien plus favorable pour le bivouac. Retour vers la tente pour la démonter, remballer le tout sommairement dans le sac, et direction le spot identifié. Je commence à être sacrément fatigué de ma journée. Une heure avant le coucher de soleil, les lumières sont agréables sur le lac et les sommets, j’immortalise alors quelques scènes. Sachant que nous sommes en période anticyclonique, je ne m’attends pas à des couleurs fantastiques ce soir, l’horizon étant voilé. Vers 21h15, plus rien n’est éclairé, ce que je trouve bizarre alors que le coucher de soleil est annoncé vers 21h30. Je me dirige alors vers un des petits lacs situés immédiatement en contrebas du Lac Blanc, et là une fantastique scène s’offre à moi. Le Soleil est filtré par l’atmosphère, laissant place à une boule rouge incandescente, avec des nombreux nuages chaotiques qui se reflète dans le lac. C’est magnifique. Je me dis que finalement, avec des conditions pareilles on peut quand même avoir des moments intéressants.
Après ce spectacle, je m’en vais me coucher dans ma tente, profitant de cette fraîcheur que beaucoup me jalousent en vallée. Le thermomètre sera descendu à 10°C durant la nuit. Au petit matin, vers 5h, j’émerge pour aller faire quelques captations de l’aube. Le ciel est sans nuages, l’horizon est laiteux, les lumières fades. Je ne pourrai rien en tirer. Je retourne me coucher jusqu’à 8h30. Après avoir tout rangé, je décolle vers 9h, pour retrouver la voiture 2h plus tard, dans une chaleur qui se fait de plus en plus violente. Une sympathique sortie.
21-22/06/2017