[Retour galerie Queyras]


Dénivelé : environ 650 m
Après m’être rassasié à Briançon, je me dirige de nouveau en montagne. Cette fois, mon choix se porte au fond de la vallée de Cervières. Je gare la voiture au hameau du Bourgea (1980 m). Les deux cents premiers mètres s’effectuent sous la fraîcheur relative de la forêt, jusqu’à déboucher sur un petit cirque, dont le sentier me conduit au lac des Cordes (2446 m). Ce plan d’eau est assez vaste, et s’inscrit dans un cadre idyllique. Alors que j’avais mis une option sur un bivouac ici, mon analyse des lieux m’encourage à poursuivre jusqu’au col de Marsailles (2601 m). De là, je fais du hors sentier sur environ deux cents mètres, pour atteindre un mamelon. Aucun doute, c’est ici que la tente sera plantée. La vue est tout simplement exceptionnelle, avec le lac des Cordes en contrebas, et les Cerces au loin.
Contrairement à la veille, aucun voile ne vient troubler la fête. Le coucher de soleil est même trop propre, sans aucun nuages, avec toutefois de beaux rayons dorés rasants. J’immortalise ces couleurs crépusculaires jusqu’aux alentours de 22 heures et vais dormir, en observant de nombreux flashs derrière la montagne : probablement un orage côté italien. Bien que limpide, l’air est un peu humide. A 2 heures, j’émerge de la tente pour quelques captations nocturnes, jusqu’à 4 heures. A l’est, je peux observer les toutes premières lueurs de l’aube. Je retourne « dormir » une heure, avant de me relever. Les couleurs sont déjà superbes, mais ce qui attire mon attention, c’est cette mer de nuages. Je la vois progresser dans ma direction, passant au-dessus de la crête surplombant le lac de la Madeleine et littéralement couler jusqu’au lac des Cordes. J’assiste à une scène comparable à une rupture de barrage, au ralenti. Je continue le shooting, car je sais ce qu’il va se passer : être à mon tour submergé. Inexorablement, la brume remonte et effectivement, quelques minutes plus tard, me voilà dans le brouillard. Je retourne sous ma tente, de beaux souvenirs plein la tête. Je me réveille vers 10 heures, la brume s’est retirée. Je plie bagages et retourne à la voiture.
22-23/06/2018