[Retour galerie Grandes Rousses]


Il aurait été dommage de ne pas profiter de ce week-end ensoleillé, alors direction le plateau d’Emparis. Compte tenu des conditions trop « bleues », j’ai opté pour ce secteur surtout pour tenter quelques prises nocturnes. Je gare la voiture au parking après avoir parcouru les quelque 8 km de piste pour arriver au plateau. Etant en petite forme, je choisis un parcours modeste, qui m’emmène au Gros Têt (2613 m), sommet peu prisé, loin de la foule cantonnée au célèbre Lac Noir.
Si les nuages étaient nombreux au départ de l’ascension, tout s’est peu à peu dissipé à l’approche du coucher de soleil. Moi qui espérais quelques ambiances sur les Ecrins, c’est raté : tempête de ciel bleu. Prévisible. Je laisse la nuit tomber en patientant dans la tente (en regardant la fin de Russie-Croatie…c’est malin d’avoir la 4G au milieu de la montagne !) et ressort vers 23h30. Pendant deux heures, j’immortalise la voûte céleste, qui s’élance au-dessus des glaciers des Ecrins. Pour finir, j’entreprends un long circumpolaire de 40 minutes avant d’aller me rendormir vers 1h30. Un peu plus de trois heures après, j’émerge de la tente pour capter les couleurs de l’aube, assez fades et quelconques avec ce ciel bien trop clair. A noter que la nuit a été assez humide et fraîche (-2°C), mon abris de fortune étant détrempé au réveil. Le soleil levé, je plie bagage pour vite retrouver la voiture, la RD1091 étant fermée à partir du milieu de la matinée pour cause d’épreuve cycliste…
Une sortie assez moyenne, notamment du fait que le sommet, « bombé », n’a pas autorisé des compositions intéressantes (premier plan trop banal). Heureusement, les photos de nuit ont été à la hauteur de mes espérances.
7-8/07/2018