• Col de Pétarel, par les lacs (2430m)

    25 photos

    [Retour galerie Écrins]


    Dénivelé : ~1400m.
    Toute la semaine j'ai trépigné d'impatience à l'idée de cette sortie du week-end. La raison ? profiter de la pleine Lune !
    Cette fois-ci, j'ai jeté mon dévolu sur le massif des Ecrins et sa vallée du Valgaudemar, jusqu'alors inconnu pour moi. L'objectif du jour n'est pas des moindres : avaler les pas moins de 1400 mètres de dénivelé pour atteindre le col de Pétarel (2430m). Une fois n'est pas coutume, je pars d'assez bas, depuis la vallée, au hameau des Andrieux (1040m). Tout d'abord, il s'agit de remonter les quelque 800 mètres de dénivelé de la forêt ubac, l'occasion de réviser les bases des successions écologiques : hêtraie-sapinière, coiffée à son sommet par les mélèzes, espèces photophiles, puis de retrouver l'aulne vert en transition avec la lande à rhododendrons, airelles et myrtilles... Le sentier est d'ailleurs parfaitement bien entretenu et relativement agréable à parcourir. Trois heures après le départ, me voici aux lacs de Pétarel, septembre oblige, il n'y a plus grand monde sur les chemins, ce qui n'est pas sans me déplaire ! A peine le temps de souffler que je repars de plus belle, direction le col de Pétarel, atteint en une heure. La vue est honorable, avec les sommets du Valgaudemar (l'Olan, le Pic des Souffles, Pointe de la Muande...), mais également sur le Dévoluy et le Vercors. Je décide de planter la tente entre le col de Pétarel et celui de la Béranne, pour un bivouac quatre étoiles, seul dans l'immensité qui m'entoure... Une certaine appréhension demeura cependant, au niveau des températures, très fraîches pour la saison. Celles-ci ont sûrement dû descendre sous la barre des 0°C pendant la nuit, mais fort heureusement, le vent, ennemi juré des montagnards, ne s'est pas manifesté. Ainsi pendant deux bonnes heures, sans vraiment souffrir du froid, j'ai pu profiter de la magie de la pleine Lune, distillant abondamment ses rayons sur les montagnes endormies...un simulacre de jour dans cette ambiance nocturne, où aucun son ne vient trahir la quiétude des lieux. Le lendemain, encore du spectacle avec les traditionnelles couleurs rosées matinales. Enfin, à l'amorce de la descente, je croise la route d'une vingtaine de chamois, détalant à mon arrivée, et jouant les équilibristes dans les abrupts versants...Retour au point de départ en 2h30, non sans douleur, mais une nouvelle fois l'esprit conquis.
    05-06/09/2009

  • Lac Labarre (2393 m)

    22 photos

    [Retour galerie Écrins]


    Dénivelé : ~1150m.
    Initialement annoncé pluvieux en début de semaine, le beau temps s'installa finalement ce week-end. L'occasion de retourner une nouvelle fois en altitude. Cette fois-ci, c'est au tour du massif des Ecrins, dans le Valbonnais. Le départ s'effectue depuis le charmant village de Valsenestre, à 1300 mètres. Si la virée du jour n'est pas très longue d'un point de vue kilomètres, elle n'en demeure pas moins relevée niveau dénivelé : près de 1150 mètres.
    Elle se caractérise alors par une pente assez soutenue tout le long de la course, dans le vallon du ruisseau de la Fayolle. 3h15 sont nécessaires pour atteindre l'objectif de la journée : le Lac Labarre (2393m), sous le col de Romeïou (2439m). Pas un chat à l'horizon en ce début de soirée, hormis quelques moutons venus me rendre visite. Bien que le soleil soit encore présent, le fond de l'air est frais, très frais, dans ce radoucissement généralisé en France, d'autant plus qu'il règne un vent à décorner les boeufs. Voilà qui n'est pas rassurant pour le bivouac nocturne.
    Entre temps, je remonte au col de Romeïou admirer les teintes crépusculaires particulièrement belles ce jour, puis de retourner se calfeutrer sous la tente. Helas, le sommeil ne vient pas, avec ce vacarme causé par les rafales de vent. Alors sur le coup des 23 heures, petite session de photographie nocturne, très intéressante avec cette pleine Lune et le ballet des nuages au-dessus du signal du Lauvitel.
    Nouvelle session nocturne aux environs de 2h, là aussi pendant près d'une heure, dans une atmosphère quelque peu glaciale...
    Après une nuit très (très) courte, me voici au poste dès 6h à veiller le lever du soleil. Une mer de nuages s'est installée dans la vallée de Valsenestre, et plus loin du coté du massif du Dévoluy, magnifiant le paysage matinal. 1h45 de descente plus tard, me revoici au point de départ, point d'orgue d'une belle mais fraiche balade.
    24-25/07/2010

  • Lac de Vallonpierre (2271 m)

    22 photos

    [Retour galerie Écrins]


    Dénivelé : 700 m.
    Voilà près de deux ans que je n'ai pas foulé les sentiers de cette magnifique vallée qu'est le Valgaudemar, faisant partie du massif des Ecrins. En ce premier week-end de juillet, me revoici dans le secteur, au fin fond de la vallée, direction le lac de Vallonpierre. Le début de la rando commence par une marche d'approche d'environ 4 km en faible pente, idéale pour une mise en jambe. Puis arrive le moment d'attaquer la pente. Mais les nombreux lacets rendent la chose aisée. Finalement, en 2h30, me voici au but du jour. Le nom de Vallonpierre doit certainement venir de l'aspect à la fois chaotique et verdoyant des lieux, les gros blocs reposant sur la verte pelouse qui attire nombre de chamois. Le refuge éponyme semble quant à lui être du 4 étoiles, très fréquenté des randonneurs. Très peu pour moi, je plante la tente à l'écart de ce beau monde, tout en profitant des belles couleurs crépusculaires sur les sommets (surtout le Sirac !). La nuit est très limpide, bien fraiche (-2°C) mais sans vent. Le lever de soleil est pour sa part un peu pâlot mais qu'importe. Cette virée aura été fort sympathique.
    02-03/07/2011

  • Refuge de l'Alpe de Villar d'Arène (2077 m)

    35 photos

    [Retour galerie Écrins]


    Dénivelé : ~350m.
    En ces tous derniers jours d'octobre, l'automne bat son plein. Les mélèzes ont revêtu leur parure dorée, embrasant les versants, tel un bouquet final avant la blanche monotonie hivernale. Afin de s'enivrer de cette ambiance, direction le massif des Ecrins, peu avant le col du Lautaret, en remontant vers les sources de la Romanche.
    Comme à chaque octobre, la couleur des montagnes sous cette lumière automnale provoque en moi un sentiment de surexcitation, le jaune du couple mélèzes-bouleaux, le ciel bleu profond et la blancheur des glaciers participent grandement à la magie des lieux. La montée vers le refuge s'effectue tranquillement ; changement d'horaire oblige, le parcours s'effectue entièrement dans l'ombre, alors qu'il n'est même pas 16h ! Conséquence, le froid est manifeste à plus de 2000 m, malgré la chaleur de la lumière sur les cimes au couchant. De plus, le ciel nocturne jouit d'une belle limpidité, laissant admirer voie lactée et étoiles filantes. L'avantage de ces sorties tardives dans la saison permet d'avoir une nuit longue et donc reposante pour l'organisme. Après avoir profité des couleurs rougeoyantes du lever de soleil, il est temps de redescendre, profitant au passage d'une lumière avantageuse pour immortaliser ces chers mélèzes.
    Des souvenirs plein la tête, des couleurs plein les yeux et une carte mémoire remplie de photos, tels sont les mots pour décrire cette magnifique sortie en ces terres alpines.
    30-31/10/2011

  • Refuge du Châtelleret (2232 m)

    25 photos

    [Retour galerie Écrins]


    Dénivelé : ~500m.
    Ca y'est, la folie de l'automne a laissé place à la monotonie hivernale. Les forêts ont donné leur dernier souffle ces derniers jours, les belles couleurs s'en sont allées, les arbres, désormais nus, attendent désormais leur manteau blanc. Mais l'automne joue les prolongations, la neige tarde à arriver, inquiétant les skieurs, mais faisant mon bonheur !
    Direction une nouvelle fois les Écrins, dans un secteur que je convoite depuis un moment : la Bérarde. L'objectif est de remonter la vallée du torrent des Etançons, jusqu'au refuge du Châtelleret, et sa vue de choix sur la face sud de la Meije.
    L'ascension du vallon est plus longue que prévue. Il aura fallu environ 2h30 pour atteindre le refuge, sous le regard de dizaines de chamois à plusieurs centaines de mètres, dans les versants pentus. La nuit tombée, c'est au tour de la Lune de jouer les premiers rôles, illuminant progressivement les lieux, dans un froid tout relatif pour une mi-novembre. Peut être l'une des dernières randos de la saison sur la "terre ferme", avant de chausser les raquettes...
    11-12/11/2011

  • Lac du Lauvitel (1500 m)

    12 photos

    [Retour galerie Écrins]


    Dénivelé : ~550m.
    Ce mois de mai 2013 restera définitivement dans les annales de la météo et dans l'esprit des concitoyens, un froid et une pluviosité démoralisants, l'hiver s'amuse à jouer les prolongations dans nos contrées...
    Entre deux perturbations, il est annoncé ce dimanche et lundi du beau temps, denrée rare depuis quelques semaines. Je compte alors bien mettre à profit cette faveur climatique ! direction alors la Danchère, hameau de Vénosc, point de départ pour le lac du Lauvitel. Cet endroit constitue un grand attrait touristique en période estivale (600 randonneurs par jour d'après le panneau d'information au départ du sentier !). Ne supportant pas la foule (et ce d'autant plus en montagne), la faire en hors saison est par conséquent l'idéal. Les quelque 550m de dénivelé sont avalés en à peine 1h15. Je trouve ensuite un endroit herbeux pour installer la tente, sous le regard des marmottes et chamois, bien implantés dans le vallon.
    Il a plu le matin, le ciel se dégage peu à peu mais les cimes avoisinant les 3000m sont prises dans la brume. Tenaces, elles ne m'auront pas permis de profiter des couleurs du couchant. Après m'être réveillé quasi toutes les heures à surveiller l'apparition de la pleine Lune, c'est aux alentours de 3h du matin que je me lève afin d'immortaliser le paysage nocturne, pendant près d'environ 1h30, le ciel ayant retrouvé sa clarté. Par contre, il fait anormalement froid pour une fin mai, -7°C affiché au thermomètre ! Rebelote vers les 6h pour capter les premiers rayons du soleil, avant de me rendormir pour 2h et de nouveau refaire chauffer l'appareil en shootant quelques marmottes. Une nuit très fractionnée mais c'est le prix à payer.
    Un bel endroit justifiant bien sa fréquentation estivale. D'un point de vue photo je serais plus nuancé : lac très grand, entouré d'un relief élevé, m'obligeant à faire des panoramiques pour rendre compte de la majestuosité des lieux. Je déplorerai également l'anthropisation du site avec ses quelques constructions sur les rives du lac, et également cette fichue ligne haute tension traversant le site...
    Une sortie qui se sera révélée comme un pied de nez à cette opiniâtre fraîcheur !
    26-27/05/2013

  • Lac du Lauzon (2020 m)

    16 photos

    [Retour galerie Écrins]


    Dénivelé : ~400 m
    L'été semble s'être installé, même si un rafraîchissement se fait bien sentir ces derniers jours. Qu'importe, le beau temps est au rendez-vous et l'envie de relief me démange. Quoi de mieux que le Valgaudemar pour satisfaire cette pulsion ? cette partie des Écrins surprendra quiconque empruntant la vallée, par la rigueur des versants. L'Olan, sommet emblématique du secteur, domine d'une hauteur de près de 2500 m le fond de vallée.
    Pour m'imprégner de cette ambiance, direction la fin fond du Valgaudemar, au bout de la route, au niveau du chalet de Gioberney (1642 m). L'air est frais et nuageux, idéal pour grimper les quelque 400 m de dénivelé me séparant du Lac du Lauzon (2020 m), objectif de la journée. Ce point d'eau n'impressionne pas par sa taille (moins de 0,3 ha) mais plutôt par le point de vue qu'il offre sur les sommets locaux, Sirac en tête.
    La magie de la montagne aura donc opéré, en offrant 3 ambiances différentes sur le même lieu : le mystère en soirée avec les nuages enveloppant les cimes, l'irréalité de la pleine Lune et la pureté du lever de soleil.
    La nuit aura été courte et frisquette (0°C), mais cela en valait la peine !
    22-23/06/2013